Gilles Bisson Député de Timmins

Gouvernenment de l'Ontario

L’échec du gouvernment en matière de transports au Nord de l’Ontario veut dire que ce sera encore dangereux d’emprunter les routes en hiver

Publié le 10 Dec, 2020

QUEEN’S PARK – L’annonce que le premier ministre a refaite aujourd’hui n’offre toujours pas de solution aux problèmes en matière de transports au Nord de l’Ontario.
 
Jennifer French, députée de Oshawa, ainsi que les député·es du Nord – Michael Mantha (Algoma—Manitoulin), Judith Monteith-Farrell (Thunder Bay—Atikokan), Sol Mamakwa (Kiiwetinoong), Guy Bourgouin (Mushkegowuk—Baie James), France Gélinas (Nickel Belt), John Vanthoff (Timiskaming—Cochrane), Gilles Bisson (Timmins) et Jamie West (Sudbury) – ont rendu publique la déclaration suivante :

« Aujourd’hui, le premier ministre a montré qu’il choisit de rester déconnecté des communautés du Nord et de ne pas s’occuper de cette question cruciale qu’est l’entretien hivernal des routes. Cela veut dire que cet hiver encore, les vies des gens du Nord et de leurs familles seront en danger chaque fois qu’ils emprunteront les routes de leurs régions, que le gouvernement s’est avéré incapable de rendre sécuritaires.
 
« Les petites villes du Nord de la province ne disposent toujours pas de services d’autobus, et les résidents qui doivent se rendre à des rendez-vous médicaux doivent toujours payer de leur propre poche pour passer la nuit dans d’autres communautés.
 
« Sous cette gouvernement, les coûts d’assurance camionnage poussent les entreprises du Nord à la faillite et mettent en danger les emplois des régions. De plus, les centres d’examen de conduite Test au Volant ont subi d’importantes réductions partout au Nord de la province, et d’importants tronçons des routes 11, 17 et 69 resteront des routes à deux voies, malgré l’augmentation du volume de trafic dans la région.
 
« Le gouvernement n'a rien fourni de nouveau pour les communautés du Grand Nord accessibles uniquement par avion, qui dépendent des aéroports du Nord comme liens vitaux.
 
« Tout fait défaut aux annonces refaites aujourd’hui par le gouvernement : les cibles, les normes en matière de services, les échéanciers, les méthodes d’évaluation du progrès accompli. Justement, il n’y a eu aucune espèce de progrès dans la remise sur les rails du service ferroviaire Northlander, et il n’y pas de plan clair pour combler les autres lacunes du réseau de transports interurbains du Nord-Ouest. »

-30-